[


Accueil > Amateurs > Actus Amateurs > La belle histoire de 5 jeunes de l’ADA Blois Basket 41



La belle histoire de 5 jeunes de l’ADA Blois Basket 41

jeudi 24 novembre 2016, par Johan


Le 31 octobre dernier, cinq jeunes de l’ADA Basket ont pris la direction du Cher où ils étaient attendus dans les magnifiques installations du CREPS de Bourges pour participer au stage régional de la catégorie des U12. Sidya Barry (né en 2005), Alic Criquet (2006), Ibrahima Fofana (2005), Jonathan Molongo (2005) et Ibrahima N’Dir (2005), tous détectés pour participer à ce stage qui réunissait 46 jeunes, ne sont pas arrivés là par hasard.

C’est lors du FestiBasket, qui s’était déroulé en juin dernier à Tours, que Nicolas Corbé, CTS et ancien joueur de l’ADA Basket, avait repéré ces 5 minots.

Cette sélection est le fruit d’un parcours hors du commun pour ces jeunes issus des quartiers Nord de la ville de Blois. Un parcours dont Moctar N’Dir, leur coach à l’ADA Basket et Educateur Territoriale des Activités Physiques et Sportives à la Ville de Blois, a bien voulu nous parler, non sans une certaine fierté mais aussi avec beaucoup d’émotions.

Tout a commencé sur les bancs des écoles de la Croix Chevalier, Tourville ou encore Molière comme nous explique Moctar N’Dir :

« Le service des sports a mis en place le Basket Ecole. On offre la possibilité de faire des cycles de sport de 10 séances par trimestre dans toutes les écoles publiques de Blois (athlétisme, judo, sports sollectifs, natation, lutte, escalade, sports de raquettes, course d’orientation et bien sûr basket-ball).

Ce concept a pour but de toucher des enfants qui ne seraient peut-être jamais venus au basket s’ils n’avaient eu cette opportunité donnée par la ville de Blois ».

Moctar, appelé plus couramment « Moc », travaille au sein du service des sports de la Ville de Blois depuis maintenant 15 ans. Il intervient au quotidien avec des collègues éducateurs dans toutes les écoles de Blois. Il a en quelque sorte pris sous son aile ces jeunes lors des initiations découvertes proposées dans les écoles.

« Si on voit des gamins qui ont des capacités pour aller dans tel ou tel sport, on fait remonter l’info aux professeurs des écoles et/ou aux dirigeants des différents sports concernés. L’objectif premier est vraiment de créer du lien ».

Ces jeunes qu’il a connu dans les écoles, Moc les côtoient depuis deux saisons à l’ADA Basket.

En septembre, il a débuté sa 3ème saison avec eux. De deux entraînements hebdomadaires en 2014-2015, ces jeunes sont passés à trois depuis la saison 2015-2016.

Cette saison, ils ont deux séances avec lui et également une avec Fabrice Bonamy, le Responsable de l’Ecole Français de Mini Basket qui gère également la séance Classe à Horaires Aménagés du vendredi.

Ce n’est pas pour déplaire à Moc qui voit d’un très bon œil le fait que ces jeunes ne s’entraînent pas qu’avec lui : « C’est très bien qu’ils aient un autre référent, ça ne peut qu’être positif ».

Chaque week-end depuis 2014, Moc est également sur le banc pour les coacher lors des rencontres de championnat. Bien sûr, il aime voir ses « ouailles » gagner mais ce n’est pas essentiel pour lui :

« A cet âge-là, il n’est pas question d’en faire des champions. Le but est de les former et qu’ils avancent chacun à leur rythme. Ça reste des enfants ».

A la question sur ce qu’il attendait de ce stage à Bourges, Moc avait une idée bien précise :

« Après ce stage, je veux que les enfants puissent avoir une vision différente de ce sport et une approche différente des entrainements. Je souhaite aussi qu’ils aient un comportement différent vis-à-vis des différents acteurs qu’ils peuvent rencontrer (arbitres, coachs et stagiaires des autres départements) et qu’il fasse partager cette expérience avec les copains du club ».

Encadré par Nicolas Corbé, ce stage avait aussi pour objectif d’apprendre aux jeunes ce qu’est l’entraînabilité (3 séances d’1h30 par jour).

« C’est aussi un moyen d’avoir une première approche de ces jeunes détectés pour éventuellement avoir un suivi régulier en lien avec leurs coachs dans les clubs » rajoute Moc avant de conclure :

« Globalement, ils étaient très contents de ce stage. Ils se sont faits de nouveaux copains et ont appris des choses sur le basket. Ils s’entraînaient beaucoup et les matchs du soir étaient très appréciés. Ils doivent tirer profit de ce stage qui doit être pour eux un tremplin pour mieux apprécier leur passion ».

Mais pour Moc, pas question de s’arrêter là :

« Je vais chercher et ramène les jeunes chez eux quand les parents ne peuvent pas les emmener aux entraînements. Dès que je peux, j’en emmène aussi quelques-uns voir les matchs de Pro B. Je considère que tout cela fait partie de ma mission ».


Sélectionner une équipe :